Sélection de la langue

Recherche

Les héros discrets derrière le test de dépistage en laboratoire de la COVID-19 d’origine canadienne

Des tests précis et opportuns sont essentiels à l'intervention du Canada pour contrer la propagation de la COVID-19. Lorsqu'une personne reçoit un diagnostic de COVID-19, elle se met en isolement pour limiter la propagation et c'est à ce moment que la recherche de contacts commence pour protéger les autres personnes qui auraient pu être exposées. Ce processus ne protège pas uniquement la personne atteinte, mais aussi sa famille et sa collectivité, afin que tous puissent respecter les recommandations de santé publique. En l'absence de vaccin homologué, le dépistage et la recherche de contacts sont parmi les plus puissants outils de santé publique à notre disposition pour limiter la propagation du virus.

La première étape cruciale du processus de dépistage consiste à avoir accès au matériel de laboratoire nécessaire. Au début de la pandémie alors que les cas de COVID-19 ont bondi, 'approvisionnement mondial en équipement de laboratoire requis pour effectuer des tests a rapidement diminué. Quand la première vague de COVID-19 a frappé le Canada en mars, la demande en tests a dépassé de façon marquée le matériel de laboratoire disponible. La COVID-19 était un nouveau virus qui exigeait que de nouveaux tests soient développés et distribués de toute urgence.

Il est vite devenu évident que nous avions besoin d'une solution purement canadienne pour pallier les énuries mondiales et créer une chaîne d'approvisionnement nationale. Cela a été d'autant plus vrai dans le cas des réactifs, les substances chimiques requises pour extraire le matériel génétique des échantillons afin de détecter le virus.

Un travail d'équipe

Le Laboratoire national de microbiologie (LNM) est un acteur clé de l'intervention du Canada face aux nouvelles maladies infectieuses, comme la COVID-19. Le LNM compte des scientifiques hautement spécialisés qui peuvent rapidement diagnostiquer des virus inconnus et s'attaquer aux éclosions les plus graves au monde dans les situations des plus difficiles. Pendant les premiers jours de la pandémie de COVID-19, les Canadiens ont eu besoin de l'expertise du LNM en matière d'élaboration des tests de laboratoire permettant de détecter le virus et de contrer sa propagation.

De multiples équipes ont été mobilisées au LNM pour faire profiter de leur expertise afin de mettre au point les produits chimiques de laboratoire requis pour diagnostiquer la COVID-19.

Le maître-inventeur du Laboratoire national de microbiologie

Un des anciens diagnosticiens du LNM, Allen Grolla, a été aux premières lignes de la lutte contre les éclosions pendant 18 ans. Tout au long de sa carrière, il a été déployé 16 fois pour effectuer des analyses de laboratoire sur place en vue de détecter certaines des maladies infectieuses les plus dangereuses au monde, comme le virus de Marburg, la fièvre hémorragique et la maladie à virus Ebola. Connu comme le « MacGyver » du LNM, Allen est un inventeur expérimenté doté d'une capacité extraordinaire de résolution de problème.

Allen venait tout juste de prendre sa retraite et profitait de son premier mois de repos bien mérité quand son téléphone a sonné en mars. À l'autre bout du fil, il y avait le directeur exécutif du LNM qui lui demandait de revenir au laboratoire le plus rapidement possible parce qu'on avait besoin de son expertise pour aider l'équipe à mettre au point des réactifs nécessaires au dépistage de la COVID-19 afin de combler les pénuries.

« C’était un moment éprouvant pour tout le monde, et c’est avec grand plaisir que je suis retourné au laboratoire pour aider à assurer le bien-être des Canadiens », a déclaré Allen Grolla, ancien diagnosticien du LNM. Mon expérience avec les nombreuses éclosions qui sont survenues pendant ma carrière m’a fait comprendre que le facteur temps joue un rôle essentiel. Il fallait agir immédiatement pour accroître notre capacité de laboratoire le plus rapidement possible. »

Répondre à l'appel à l'action

Allen est retourné au laboratoire et, en travaillant avec ses autres coéquipiers, il a rapidement appris comment reproduire différents systèmes de tampons pour créer un réactif que les laboratoires de santé publique du pays pourraient utiliser pour dépister la COVID-19. Pendant qu'Allen mélangeait différentes recettes de réactifs COVID, un autre groupe d'experts du LNM, chargé de valider les tests de laboratoire pour confirmer leur conformité aux normes d'excellence des laboratoires, effectuait des tests de vérification pour voir si les mélanges fonctionnaient. À partir de là, l'équipe du LNM a travaillé sans relâche avec LuminUltra Technologies Ltd, une société basée au Nouveau-Brunswick, pour s'assurer que le réactif pouvait être produit en masse.

« Avant de prendre ma retraite, j'ai travaillé au laboratoire de niveau de confinement 4 (NC4) du LNM. Devoir mettre au point des réactifs COVID-19 était quelque chose qui différait de mes compétences et de ce que j'avais l'habitude de faire au quotidien au laboratoire », a expliqué Allen Grolla. « Je me souviens d'avoir attendu avec impatience de voir si le réactif formulé par le NML fonctionnait. Ce fut une période très difficile, mais je suis fier d'avoir participé à la réponse de notre laboratoire à la COVID-19 et d'avoir aidé l'équipe. »

Aider à répondre à la demande nationale

Grâce aux calibrages minutieux, le réactif fonctionne et détecte avec précision la présence du virus SRAS-CoV-2. Le 10 avril, LuminUltra Technologies Ltd. a distribué le premier lot de réactifs formulés par le LNM aux laboratoires de santé publique de tout le pays. Ceux-ci ont rapidement atteint leur pleine capacité en produisant suffisamment de réactifs pour permettre la réalisation de 500 000 tests par semaine. Cet approvisionnement en réactifs a aidé le Canada dans ses efforts pour créer sa propre chaîne d'approvisionnement, car la pénurie mondiale de ces produits chimiques importants reste un défi.

« Plusieurs équipes du LNM se sont réunies, travaillant côte à côte pour aider à protéger la santé des Canadiens », explique Kym Antonation, chef, Élaboration d'épreuves et diagnostic - microbiologie médicolégale, au LNM. « D'un point de vue scientifique, ce fut une période très stimulante, car nous avons travaillé en parfaite harmonie et avons mis nos compétences individuelles au service du bien commun. Je suis très fière du travail que notre équipe a accompli pendant cette période. »

Allen a depuis passé le relais à ses collègues du LNM et est de retour à la retraite. L'équipe du LNM continue d'assurer un leadership scientifique essentiel pour l'intervention du Canada face à la COVID-19 et d'aider les provinces et territoires à fournir des tests dans tout le pays.

Date de modification :